Accueil Divers Cours Divers La protection des sols contre l'érosion

La protection des sols contre l'érosion

1- Les moyens mécaniques :

Les terrasses horizontales, en marches d'escalier : ce procédé employé déjà par les romains est utilisé si le terrain est perméable ; il est efficaces si la pente est inférieure à 20%.

Les murettes de pierres ralentissent la vitesse de l'eau des petits oueds et diminuent leurs action érosive.

Les banquettes : ce sont des bandes de terre de largeur réduite comprenant un fossé et un bourrelet.

La protection des sols contre l'érosion

 

Les bourrelets ou tabias sont des levées de terre couramment utilisées  dans les plantations d'olivier

2- Les procédés culturaux

Le labour suivant les courbes de niveau est un moyen efficace si la pente est faible, inférieure à 8%.

Le travail du sol doit être organisé suivant l'évolution des propriétés physiques du sol. On remarque par exemple certains effets de l'irrigation.

  • Les cultures irriguées, en climat semi-aride, provoquent une diminution de la teneur en éléments fins (argile, limon, sable fin) des horizons supérieurs du sol. Ces éléments fins s'accumulent en profondeur de la teneur des éléments grossiers augmente en surface.
  • L'irrigation en nappe peut aussi disperser et entraîner la fraction organique du sol : l'humus. Le sol ainsi dégradé perd de ça porosité.
  • L'évaporation intense qui qui succède à une irrigation provoque la salinisation superficielle des sols.

Les remèdes à ces inconvénients sont les suivants :

  • Le travail du sol doit être superficiel, sans pulvérisation très forte de la couche supérieure.
  • Dans le cas où le sol a tendance à se saliniser, il faut pratiquer un drainage.
  • Le choix du procédé d'irrigation doit tenir compte de ces effets : le goutte-à-goutte est un procédé économique qui modifie peu les propriétés du sol